Accueil

Je vais tenter de vous expliquer le plus simplement possible, ce que je nomme très souvent "de la Brebis à la Pelote".

Chaque étape demande une bonne condition physique, beaucoup de passion et d'amour pour la laine... Alchimie nécessaire et impérative pour devenir "Lainière". En toute simplicité, j'utilise souvent ce mot pour me qualifier et ce, même si à l'origine il ne définit pas "une personne" proprement dîte. Il représente cependant à mes yeux, mon travail et surtout tout l'amour nécessaire pour sa mise en oeuvre.

Aujourd'hui en France, il existe des tondeurs, des feutrières, des fileuses, des tricoteuses ou tisserandes mais très peu de "lainière", celles qui travaillent la laine de "A à Z". Le travail reste donc très artisanal et ne nous permet pas de travailler d'énormes quantités. L'an dernier une centaine de toisons ont été nettoyées mais toutes ne seront pas exploitables pour le filage. Seules les plus belles laines et surtout les plus fines auront ce privilège. Les autres feront de très jolis feutres ou couettes mais une chose est sûre, une fois triée et lavée, chaque fibre sera utilisée.

 

 

La TONTE...

Les grands froids sont passés et l'été approche enfin, en tout cas le soleil chauffe un peu notre "couenne" et c'est le moment où notre tondeur nous débarrasse de notre lourd manteau d'hiver qui nous protégeait du froid mais surtout de l'humidité....

Le CARDAGE...

Passage essentiel avant le filage ou le feutrage. Il consiste à aligner toutes les fibres dans le même sens. Un premier "démélage" s'effectue avec une cardeuse à balancier en prenant garde de ne pas arracher les fibres, puis deux à trois passages à la cardeuse à rouleau avant d'obtenir une belle "nappe" de laine.

Le FILAGE... Un vrai bonheur...

Après toutes ces manipulations très "physiques", notre lainière peut se "poser" un peu et de ses doigts de fée, transformer notre toison en fil... Quelle merveille que de voir la matière brute s'enrouler sur la bobine du rouet en un fil d'une finesse et d'une solidité incroyable. Ici, tout est permis, le fil classique monobrin, le fantaisie, les retors doubles, triples..... une création permanente. Parfois même, à notre laine de mouton, viennent s'ajouter des fibres mohair, du duvet de yack, et autres fibres animales comme des fils de soie. La proportion de ces mélanges reste cependant de 50% minimum de laine de mouton sur un écheveau... laine de prédilection de notre lainière.

Nous sommes les moutons les plus heureux quand aujourd'hui nous voyons ce que devient notre laine... des années durant c'est le coeur gros que nous regardions notre toison partir "en fumée" au bout de la prairie...

Dernières étapes.... La mise en écheveaux et en pelotes...

 

Nos toisons étant communément blanches, grises, bises ou noires, nous sommes stupéfaits de voir comment d'autres couleurs prennent naissance. Cathy utilise les plantes que Dame nature a créée avec tant de soin et d'amour... C'est d'ailleurs pour ça que les "couleurs végétales" offrent un panel de teintes magiques, belles, et exceptionnelles.

Outre le filage, une fois la laine cardée, les fibres et nappes les moins présentables peuvent servir à faire du feutre, des couettes... mais ça c'est une autre histoire et une autre.... page !!!!

"Pelote" la brebis vous parle de sa laine...

 

Paroles de Lainière

 

La Teinture Végétale

 

Laine - Feutre - Tricot... etc

 

 

 

Infos - Salons

 

Contacts - Liens

 

 

Les médias en parlent...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le TRI...

Durant tout l'hiver, nous avons beaucoup aimé nous coucher dans la paille des bergeries !!! A la fin de cette saison, nos toisons ne sont pas des plus propres et le tri n'est pas forcément l'étape la plus agréable. Mais il est utile et nécessaire pour ainsi sélectionner les plus belles laines, ôter les pailles, les excréments, les insectes et les ronces...

Le LAVAGE...

Pendant que nous broutons tranquillement, le travail de nos toisons continue.... Lavage écologique à l'eau de pluie !!! Cathy notre lainière, opère en effectuant plusieurs bains successifs et ce, avec un maximum de précaution (éviter les chocs thermiques, les frottements...) sinon la laine feutre. Outre le fait d'avoir une laine propre, le but est aussi d'enlever le maximum de suint qui est la substance graisseuse de nos toisons. Une fois lavée, la laine est séchée au grand air puis cardée et entreposée au sec en attendant d'être filée.